• Ces moments envolés, gravés à jamais

    Ces rires partagés, des instants de bonheur.

    Les coups de gueule qui font que la vie se déroule.

    Les séparations qui promettent les retrouvailles,

    Et la séparation ultime, qui me fait y penser...

     

    Partie dans l'Ether, ton voyage commence.

    La fin n'en est pas une, le chemin se poursuit.

    Libérée des affronts de la vie qui finit,

    Tes ailes se déploient et tu es immortelle.

     


    votre commentaire
  •  

    Et l'on croit toujours l'éphémère éternel,

    Pauvres âmes folles inconscientes du temps,

    Ou peut-être le sommes nous trop et repoussons

    Au plus loin possible l'inéluctable...

     

    Sans choisir, voilà accablées nos épaules frêles

    Du destin capricieux, qu'on souhaite contrôler tant.

    Mais le voile séparant la vie et la mort n'est qu'un pont,

    Que l'on voudrait infranchissable...

     

    Et pourtant sonne l'heure où le compte à rebours

    Sonne le glas où les âmes ont des comptes à rendre.

    Le poids de ton coeur léger et de ton âme belle,

    Te font t'envoler vers l'Ether infini...

     

     

    Jolana

     

     


    1 commentaire
  • Ces instants gravés sur les clichés

    Que l'on peut revoir le coeur serré,

    Ils sont à tout jamais passés,

    Pourtant mémoire vive dans mon coeur.

     

    C'est un éclat de rire dans ta chambre

    C'est une chanson fredonnée ensemble

    C'est un matin côte à côte

    C'est ta présence , mon bonheur.


    2 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

    Ma bulle, faite de sève de notre amour

    Est notre lieu à vivre le jour,

    Notre abri où s'aimer la nuit.

    Nul importun ne nous y nuit.

    J'y chante pour toi des couplets et des refrains

    Dont les notes sont émises des vibrations de nos coeurs.

    Je t'écris des poèmes sur nos lendemains

    Et les lignes ne parlent que de notre bonheur.

    Restons cachés dans ma bulle, ne lâche pas ma main,

    Nous tenons éloignées les ombres envieuses,

    Sans amour, malheureuses comme des chiens.

    Je veux y vivre pour toujours, entourée de tes bras

    Dans notre bulle, notre amour ne finira pas.


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires