•  

    Sur le bord de la fenêtre comme au bord du monde

    "Quel est ce que tu préfères?" me dit-elle

    Je lui souris, elle est si petite, c'est un comble.

    Parlons philosophie ma jolie, voici ce que j'aime:

     

    J'aime les senteurs du soir, odeurs de l'humus

    Des fleurs qui s'endorment, la lune et son éclat

    Le chant des grillons, les chouettes en chorus

    Les constellations s'affichant tout au-dessus de moi.

     

    Les peintures fabuleuses, de notre belle planète,

    Les eaux bleu-turquoise, les forêts émeraudes,

    Les sables d'or fin, les reinettes guillerettes,

    Les paons aux cent yeux, les fauves aux couleurs chaudes.

     

    Or donc voilà plus que tout ce que je préfère:

    Que tu sois contre moi, tes yeux plein d'innocence,

    M'interrogeant, sérieuse, sur ma vie, et son sens.

    C'est parler avec toi, t'aimer,  et avant tout...être ta mère.

     

     

     

    Jolana

     

     


    12 commentaires
  •  

    Ce petit corps, ce doux visage que je connais par coeur,

    Je reste là à l'observer, sans jamais me lasser,

    Telle une statue ou un chat statique, j'aligne les heures.

    Oh ma douce, mon enfant chérie tu as bouleversé

     

    Mon coeur ardent, qui bat plus fort chaque fois qu'il te voit.

    Tu es l'innocence à protéger d'un monde troublé

    Qui a gagné en grandeur depuis que tu y es née.

    Mon esprit chante fort, à tout rompre, son hymne à la joie,

     

    Tout en nuance, pianissimo mais qui va crescendo.

    C'est bien l'amour qui explose tout au fond de ma poitrine,

    Rejaillissant tout alentour en comptine glissando.

    Ton sourire apaisant est doux telle la zéphyrine.

     

     Et je suis bien là, à tes côtés, tel ce géant

    A la mine de papier mâché, masqué de son loup,

    Gardien de sa meute, veillant sur les siens, malgré les ans

    Qui passent et qui les éloignent. Car quand viendra  ce jour flou

     

    Où, grandie, tu partiras loin mener ta propre vie

    Je te laisserai aller, te laisserai devenir

    Cette jeune femme qui le soir  venu veille au bord du lit,

    Son ange endormi au beau visage  doux qu'elle admire.

     

     

    Jolana, le 05/05/2014

     


    9 commentaires
  •  

     

     

    Ce matin, j'ai pris le temps 

    De m’imprégner de sa chaleur 

    De m'enivrer de son odeur, 

    De me réjouir de sa douceur. 

     

    Ce matin, j'ai pris le temps 

    De l'observer dans la pénombre 

    De faire partir au loin les ombres. 

    J'ai pris le temps en ces jours sombres. 

     

    J'ai pris le temps de bâtir un coin 

    Où seul l'amour règne en maître, 

    Où rien ne vaut plus qu'un câlin 

    A un enfant dans les bras de sa mère. 

     

    J'ai pris le temps, fermant les yeux, 

    De savourer cet instant précieux. 

    J'ai remercié la providence 

    De me laisser cette chance. 

     

    Ces petits anges s'en sont allés, 

    Ont quitté l'horreur pour les cieux étoilés, 

    Et je serre fort, tandis que je pleure, 

    Je serre fort mon ange sur mon coeur. 

     

     

     

    Jolana, le 18/12/12. 

     

     

    En souvenir de ces petits êtres qui ont été massacrés dans cette école. Mon coeur de maman a saigné ce jour-là. Il n'y a pas un jour dorénavant où je ne dise à ma fille comme je l'aime, pas un soir où elle se couche et nous sommes fâchées, pas un matin où je la dépose à l'école sans l'avoir embrassée et calinée.

     


    7 commentaires
  • Nuit noire

    Sans espoir.

    Une rencontre

    Je me rends compte

    Que je peux vivre...

     

    Une bulle bien ronde

    Des plus fécondes

    Je donne la vie...

     

    Son regard dans le mien

    Petit être comme un lien

    Me rassemble...

     

    Une telle merveille

    Termine mon sommeil

    De nouveau je souris...

     

    Petit miracle de vie

    Tu es devenue la mienne

    Tu donnes à mon âme l'envie

    De baigner dans cette grâce perpétuelle.

     

     

    Jolana, le 26/11/2013

     

     


    votre commentaire
  • Mon âme, mon âme, mon amour

    Mon Ambre, mon Ambre , embrasse -moi

    Mon âme, mon Ambre, mon ange à moi.

    Serre-moi fort, les cris dehors

    Ne nous atteignent pas.

    Reste au creux de mes bras

    Toujours un refuge pour toi.

    Mon âme, mon âme , mon amour,

    Mon Ambre, mon Ambre, pour toujours...

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique