• Bastet et le Dieu vermeille

    Un jour que Rê se promenait

    Par un serpent il fut attaqué.

    Le reptile entier l'avait avalé

    Le monde était sans lumière désormais.

     

    Lors on envoya chercher

    La belle déesse aux yeux opales,

    La jolie femme animale

    La sublissime Bastet.

     

    Dans le cou du sournois ses crocs planta

    Et un peu de peau de Rê ébrécha.

    Mais le reptile recracha le Dieu Soleil

    Le monde retrouvait ses merveilles.

     

    Bastet donnerait aux chats ses enfants

    Des prunelles aux éclats de soleil

    Et le besoin quasi incessant

    Des rayons de l'Astre vermeil.

     

     

     

    « ô rageFausse route »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Mars 2016 à 14:04

    Bonjour Catiminy.

    Ahhh le vilain Apophis...

    2
    Vendredi 25 Mars 2016 à 20:41
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :