• J'ai mal dans mon coeur car j'ai mal à mon Pays.

    Mon beau Pays malade de sa Liberté quand j'entends comme crachés

    Les mots "non-vaccinés"! comme en offrande au bûcher.

    Est-ce là la France que mon grand-père a défendue?

    Pépé, tu ne savais pas qu'à long terme c'était une cause perdue...

     

    On nous oblige à une injection en nous, sans consentement vrai éclairé,

    Malgré la clairvoyance de scientifiques hautement réputés

    Qu'on s'est empressé d'accuser de comploter ou d'être illuminés.

    Peser le pour, peser le contre, bientôt nous mènera au geôlier?

     

    J'ai mal dans mon coeur, j'ai mal à mon Pays, tous deux oppressés.

     

     


    3 commentaires
  • En cette saison,

    Espace de liberté,

    Mon jardin privé.


    votre commentaire
  • J'avais égaré ma plume

    Elle n'avait plus rien à écrire.

    J'avais égaré ma plume,

    Où était elle, je ne saurais dire.

     

    J'ai égaré le temps

    Je ne l'ai pas vu filer,

    J'ai égaré le temps,

    Le filou s'est échappé.

     

    Je m'étais perdue,

    Je ne le savais pas,

    Je m'étais perdue

    Je retrouve mes pas.

     

    Ma plume m'a retrouvée

    Elle me chatouille l'esprit,

    Ma plume m'a réveillée

    Ces mots, je vous les dédie...


    votre commentaire
  • Quels mots pourrai-je jamais trouver

    Pour te dire comme je t'aime, te le montrer?

    Te dire que ton odeur me réconforte

    Quand tu viens dans mes bras pour te rendre forte.

    L'océan qui noie mon coeur dans tant d'amour,

    Le bonheur aussi de te côtoyer chaque jour.

    Je ne te voudrais pas différente même quand je me fâche,

    Quand tu me blesses maladroitement par tes paroles ou tes actes.

    Tu grandis un peu tous les jours et moi avec toi.

    Mon âme s'assagit, mon coeur s'apaise, vois:

    Je vis ce miracle fabuleux d'être ta mère,

    Merci de m'offrir ce voyage extraordinaire.

     

    Jolana

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Sans le vouloir,

    Comme au fond du couloir,

    Je broie du noir.

     

    La peur sévit,

    Où est passée la vie?

    Tout se finit.

     

    La souffrance

    Comme une danse,

    J'entre en transe.

     

    Je comprends

    Sans concevoir

    Tu te couvres de noir.

     

    L'heure approche

    La fin c'est moche,

    Je redoute la Cloche.

     

    Surprise par l'émoi

    Je n'y crois pas,

    Je t'aime, tu vois...

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires